Sensibiliser aux dangers du numérique : quel est le rôle des parents et des enseignants ?

État des lieux

Quelle utilisation des dispositifs numériques chez les moins de 13 ans ?

Les résultats de l’enquête Born Social 2021 menée par Heaven révèlent des données étonnantes concernant les habitudes des « nativs des médias sociaux ».

En effet, il est surprenant de constater que 87% des enfants de 12 ans possèdent (déjà) un smartphone ! Ce dispositif est même leur préféré, adopté par 64% d’entre eux, suivi de l’ordinateur (26%) et de la tablette (7%). Le smartphone est principalement utilisé pour des conversations avec des amis ou de la famille (75%), la visualisation de vidéos (54%) et l’échange autour des cours et des devoirs (29%). De plus, il sert également à se connecter sur les réseaux sociaux, avec YouTube en tête, utilisé par 51,5% d’entre eux, suivi de près par Snapchat (51%), puis Instagram et TikTok avec respectivement 36,5% et 34,8%.

En ce qui concerne les plateformes de médias sociaux, les plus traditionnelles telles que Facebook ou Twitter sont jugées comme démodées par les jeunes Français, laissant place aux réseaux plus récents comme TikTok ou Snapchat. Il est à noter que malgré les restrictions d’âge, 63% des enfants de moins de 13 ans possèdent un compte sur au moins une plateforme de médias sociaux.

De plus, nous constaterons que les parents ont une perception peu précise des activités de leurs enfants sur Internet.

La méconnaissance des parents concernant les activités en ligne de leurs enfants

De nombreux parents ont une perception sous-évaluée des activités numériques de leurs enfants, particulièrement en ce qui concerne l’utilisation des médias en ligne.

Une sous-évaluation de l’utilisation des médias sociaux par leurs enfants

Selon une enquête menée par Ipsos en collaboration avec l’UNAF et l’OPEN (Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique), les parents estiment en moyenne que leurs enfants âgés de 7 à 10 ans utilisent 1,9 réseaux sociaux, tandis que ceux âgés de 11 à 14 ans en utilisent 3,2. Cependant, les enfants déclarent en réalité en utiliser respectivement 2,5 et 3,6. Cette disparité de perception est également observable en ce qui concerne les risques associés à l’utilisation d’Internet.

Des divergences similaires dans la perception des dangers du numérique

Alors que les parents voient les risques liés aux réseaux sociaux comme des signes de dépendance (51%) ou de cyberharcèlement (49%), les enfants les perçoivent davantage comme des problèmes de santé, tels que des maux de tête (53%), des difficultés d’endormissement (42%) ou une passivité accrue (39%). Bien que les perceptions diffèrent entre les parents et les enfants, les dangers demeurent bel et bien présents.

46% des problèmes sont rencontrés avec un inconnu sur internet

D’après une enquête réalisée en 2021 sur « les pratiques numériques des jeunes de 11 à 18 ans » par l’association Génération Numérique, 19% des jeunes âgés de 11 à 18 ans ont déjà rencontré des problèmes en ligne. De manière inquiétante, 46% de ces problèmes impliquent des interactions avec des inconnus sur Internet. De plus, 36% des jeunes âgés de 11 à 14 ans ainsi que 75% de ceux âgés de 15 à 18 ans communiquent avec des inconnus ou les acceptent en tant qu’amis en ligne.

Les jeunes confrontés au cyberharcèlement de plus en plus tôt 

D’après une enquête menée en collaboration avec la Caisse d’Épargne et l’association e-enfance, il est révélé que 20% des enfants ont déjà fait face à des situations de cyberharcèlement. Ces incidents touchent notamment les enfants qui passent beaucoup de temps en ligne, qui sont bien équipés technologiquement et qui sont inscrits sur plusieurs réseaux sociaux et/ou plateformes de jeux en réseau. En outre, les jeunes filles âgées en moyenne de 13 ans sont principalement les cibles de cette menace (51%).

Souvent, le cyberharcèlement s’accompagne de contenu inapproprié ou choquant. Selon cette étude, 30% des jeunes signalent avoir été perturbés par des contenus rencontrés involontairement sur Internet ou les réseaux sociaux. Les parents se trouvent fréquemment démunis face à ces situations et manquent de ressources pour gérer ces problèmes.

L’importance d’un accompagnement pour les parents face aux risques numériques

Face à cette problématique bien réelle, les parents souffrent d’un manque d’information et d’accompagnement concernant les dangers du monde numérique auxquels leurs enfants peuvent être exposés. Près de 46% des parents estiment ne pas bénéficier d’un soutien suffisant sur ces sujets (selon une enquête IPSOS / OPEN). Toujours selon l’étude menée en collaboration avec la Caisse d’Épargne et l’association e-enfance, plus de 9 parents sur 10 expriment leur désir d’obtenir de l’aide et des informations provenant d’associations et, de manière secondaire, de l’établissement scolaire de leurs enfants, qui a également un rôle à jouer dans la sensibilisation des apprenants aux risques présents sur Internet.

Parents : Comment mieux assurer la protection de vos enfants ?

Prioriser la communication

Daniel Jasmin, fondateur de l’école des réseaux sociaux, recommande d’établir un dialogue avec vos enfants au moins une fois par semaine. Au-delà de la prévention, il est crucial de s’intéresser activement aux découvertes en ligne quotidiennes de votre enfant en lui posant des questions sur ce qu’il a vu et en échangeant avec lui.

Tenir une exemplarité parentale

Corinne Henin, experte indépendante en cybersécurité, souligne l’importance pour les parents de montrer l’exemple en demandant à leur enfant de ne pas utiliser leur téléphone, à condition qu’ils s’y conforment également.

Partager des expériences en ligne

Si les parents ont eux-mêmes des activités en ligne comme regarder des vidéos ou jouer à des jeux, il est essentiel de les partager avec leurs enfants. Cela leur permettra de partager leurs émotions avec leurs parents en cas de contenu perturbant ou choquant, par exemple.

Reconnaître l’autonomie des enfants et ne pas intervenir à leur place en cas de harcèlement

Comme le rappelle Corinne Henin, lorsque les parents imposent des interdictions, les enfants cherchent généralement à les contourner en accédant à Internet ailleurs ou en utilisant des messageries instantanées. Il est crucial de considérer les enfants comme des individus autonomes et de ne pas tenter de régler le problème de harcèlement à leur place, comme en confrontant l’auteur présumé à la sortie de l’école. Cette approche ne ferait qu’aggraver la situation en exposant l’enfant à un sentiment de vulnérabilité. Dans de tels cas, il est recommandé de porter plainte auprès des autorités compétentes.

Enseignants : Comment mieux sensibiliser vos élèves aux dangers du numérique ?

Tout comme les parents, les professionnels de l’éducation ont un rôle crucial à jouer dans la prévention des risques numériques. Quelles options sont à leur disposition ?

Au sein de l’école :

  1. Former et informer l’ensemble du personnel éducatif sur les divers dangers que les apprenants peuvent rencontrer en ligne.
  2. Sensibiliser également les parents d’élèves à ces enjeux.
  3. Réagir rapidement en signalant les problèmes en ligne aux autorités compétentes lorsque des élèves sont confrontés à des situations problématiques.

En classe :

  1. Former les enseignants aux meilleures pratiques en ligne.
  2. Sensibiliser les élèves à une utilisation responsable d’Internet et des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Il revient à chaque individu de consacrer du temps pour dialoguer avec les jeunes sur les bonnes pratiques numériques, et il est particulièrement important que les parents adoptent un comportement exemplaire pour servir de modèle.

Il existe des solutions pour renforcer la sécurité du parc informatique au sein de votre établissement scolaire. Pourquoi ne pas solliciter les conseils de nos experts chez Novatice ?

Partagez cet article sur les réseaux